Bandeau
Circonscription de BRON
Enseigner : un métier solidaire.
Descriptif du site
"Maux d’enfants, mots d’adultes" Comment venir en aide aux enfants en difficulté ?

« Maux d´enfants, mots d´adultes » Un documentaire tourné en région parisienne, dans l´Essonne qui nous raconte l´histoire d´enfants aux comportements anormaux. Alertés par la crèche ou encore l´école maternelle, les parents paniquent et cherchent à comprendre le mal de leurs progénitures.

Article mis en ligne le 27 mars 2018
dernière modification le 1er juillet 2018

par Christophe ARAGO, CPC EPS
Imprimer logo imprimer

Un documentaire de la chaîne LCP tiré de l’émission "Droit de suite". Il est suivi d’un débat en présence notamment de Roger Ferreri, Psychanalyste et chef d’un service de psychiatrie infanto-juvénile dans le département de l’Essonne.
Ce documentaire soulève de nombreuses problématiques, philosophiques sociologiques, politiques... Et notamment, pour ce qui concerne l’école, celle de la médicalisation de la difficulté scolaire.
Un regard qui est tout autant centré sur les soignants que sur les parents c’est à dire sur les conséquences que ces maux ont sur l’entourage proche et moins proche de ces enfants.

On pourra retenir cette réflexion positive issue de l’échange entre deux mamans d’enfants suivis dans le service de pédopsychiatrie : "Il respire, y a de l’espoir."

A visionner en cliquant sur ce lien :

http://www.lcp.fr/emissions/droit-d...

Forum
Répondre à cet article
"Maux d’enfants, mots d’adultes" Comment venir en aide aux enfants en difficulté ?
DELAPORTE François - le 28 mai 2019

Bonjour,

le film est très efficace pour montrer la nécessité de faire alliance avec les parents, en partageant leurs questions, préoccupations ou simplement attention à leur enfant, avant de les associer à des hypothèses, des pistes pour opérer des changements par petites touches, sans se culpabiliser.

Très vrai également le moment d’explication à la maman d’Adam des termes présents dans la demande d’AEEH, où R. FERRERI doit amortir toute la violence administrative, pour redonner un sens bienveillant à la démarche demandée aux parents.

En revanche, je ne suis pas sûr qu’un regard extérieur accepte à la fois les 9 mois d’attente au CMP, et le nombre de professionnels réunis autour d’une situation, en prenant le temps (indispensable) de la parole de chacun...

Pour le débat, c’est toujours surprenant, de voir, sur un plateau, en 2018, affirmer que les rased ont disparu, qu’il faudrait les réinventer, et ce, en présence d’une ancienne professeure des écoles, aujourd’hui élue, qui ne contredit en rien cette contre-vérité, étant même appelée à la valider. Elle ne peut pourtant pas, ayant eu dans sa classe un élève très proche d’Adam, ne pas avoir solliciter le psychologue scolaire, même en école ordinaire, ne serait-ce que pour monter une équipe éducative. Peut-être est-ce l’effet du montage si l’échange n’était pas du direct.

Un enseignant du RASED !

"On ne félicite pas un instituteur d’enseigner que deux et deux font quatre. On le félicitera peut-être d’avoir choisi ce beau métier." Albert CAMUS

pucePlan du site puceContact

RSS

2016-2019 © Circonscription de BRON - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2